PARTENAIRES BRONZE

Pierre Fabre

Agir pour la santé dans les pays du sud

La Fondation Pierre Fabre agit pour permettre aux populations des pays du Sud un meilleur accès aux médicaments et aux soins de qualité. Ses quatre axes d’intervention sont la formation des professionnels de santé, la lutte contre la drépanocytose, l’accès aux soins de qualité et la dermatologie en milieu tropical. En 2018, elle conduit 32 programmes dans 15 pays, en Afrique, en Asie du Sud-Est, au Liban et en Haïti.
La Fondation Pierre Fabre est également l’actionnaire principal du Groupe Pierre Fabre à 86%. Cette organisation, unique en France à ce niveau d’engagement, permet de doter la Fondation de moyens durables pour financer son action, tout en assurant l’indépendance du groupe. La Fondation Pierre Fabre ne s’implique pas dans la gestion opérationnelle du groupe.

  • Lutte contre la drépanocytose (Mali, Burkina Faso, Sénégal, RDC, Madagascar, Cameroun, Congo, Haïti)
    Première maladie génétique au monde, la drépanocytose touche particulièrement l’Afrique, avec un nombre de naissances d’enfants malades estimé à 300 000 par an. Sans prise en charge, on estime que la moitié d’entre eux décéderont avant l’âge de 5 ans. Premier acteur mondial dans la lutte contre cette maladie dans les pays du Sud, la Fondation participe au développement de structures médicales locales et mène des programmes de dépistage, de soin, de formation des personnels de santé et de sensibilisation des populations. Elle s’investit également dans la recherche clinique et le plaidoyer international pour une meilleure prise en compte de la maladie.  
  • Formation des professionnels du médicament (Togo, Madagascar)
    Pouvoir s’appuyer sur leurs propres spécialistes du médicament constitue un facteur de progrès inestimable pour les pays du Sud. C’est pourquoi la Fondation s’investit dans la formation des pharmaciens à Madagascar et au Togo. Elle intervient dans la construction et la rénovation de salles de cours et de travaux pratiques, l’amélioration des cursus, la formation des formateurs et le financement de bourses d’études.  
  • Observatoire de la e-sante dans les pays du sud
    Consciente des opportunités offertes par les nouvelles technologies, la Fondation a créé en 2016 l’Observatoire de la e-santé dans les pays du Sud, plate-forme de référence qui repère, documente et soutient les initiatives de e-santé qui visent à améliorer l’accès aux soins des plus démunis. Depuis 2016, 18 projets ont été primés et soutenus. Chaque année, la Fondation Pierre Fabre organise une conférence internationale pour réunir les experts et acteurs du secteur et remettre leur prix aux lauréats de l’Observatoire.
  • Dermatologie en milieu tropical (Tanzanie, Malawi, Mali, Togo, Burkina Faso)
    Avec un taux de prévalence moyen de 30 %, les maladies de la peau constituent un problème de santé publique dans les pays du Sud totalement négligé par les autorités de santé locales et internationales. La Fondation Pierre Fabre s’investit au Mali, au Togo et en Mauritanie dans la mise en place de la télédermatologie, qui permet de donner accès au diagnostic et au traitement en dépit du manque de spécialistes. Depuis 2016, face à l’ampleur des problèmes de santé liés à l’albinisme en Afrique, elle développe en Tanzanie, au Malawi et au Mali des programmes de prévention et de traitement précoce des cancers de la peau pour les personnes atteintes d’albinisme.

www.fondationpierrefabre.org

 

FNS Francais

Sur mandat de la Confédération helvétique, le Fonds national suisse (FNS) encourage la recherche fondamentale dans toutes les disciplines scientifiques, de l'histoire à la médecine en passant par les sciences de l'ingénieur. Il soutient chaque année plus de 3 200 projets auxquels participent 14 800 chercheuses et chercheurs. En 2014, il a financé ces projets pour un montant de 849 millions de francs suisses. Cela fait de lui la principale institution suisse d’encouragement de la recherche scientifique.
En collaboration étroite avec les hautes écoles et d'autres partenaires, le FNS s’engage pour que la recherche scientifique suisse se développe et entretienne son réseau sur la scène internationale dans les meilleures conditions. Parmi ses priorités figure l'encouragement de la relève scientifique. Dans le cadre de mandats d’évaluation, il prend par ailleurs en charge le contrôle de la qualité scientifique d’initiatives de recherche suisses de grande envergure qu’il ne finance pas lui-même.
Sur le plan international, la politique d'encouragement du FNS vise avant tout à éliminer les obstacles entravant la coopération internationale et contribue ainsi à faciliter la coopération des groupes de recherche par-delà les frontières.
Le FNS se focalise sur la plus-value apportée par la coopération internationale à la place scientifique suisse et les besoins de la communauté scientifique. Il poursuit dès lors deux objectifs à l'international :
- renforcer dans les pays en développement et en transition les capacités scientifiques vers un niveau de compétitivité international, ainsi que permettre l’accès des chercheurs suisses à des groupes de recherche de ces pays ;
- soutenir dans les pays émergents, industrialisés et européens, le travail au sein des coopérations existantes, faciliter l’établissement de nouvelles coopérations et garantir à la communauté de recherche suisse l’accès aux programmes-cadres européens et à d'autres programmes de recherche internationaux.
Un document stratégique fixe la politique d'encouragement en matière de coopération internationale du FNS.

www.snf.ch

 

0
0
0
s2smodern